Bienvenue sur le forum de la confrérie Gîl Meduial (confrérie elfique 100% RP du Seigneur des Anneaux Online, serveur Estel-RP).
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Grandes figures] Au sujet d'Ilúvatar, des Valar et des Maiar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laegwing
Dirigeante militaire
Dirigeante militaire
avatar

Féminin
Emploi/loisirs : Chef militaire
Localisation : Falathlorn
Humeur : Dure et impassible

Messages : 301

MessageSujet: [Grandes figures] Au sujet d'Ilúvatar, des Valar et des Maiar   Mar 24 Jan - 13:52

J'ai dégainé mon présssssssieux Silmarillion pour vous offrir un "petit" résumé sur les Êtres Supérieurs, avec des citations descriptives. Cela permettra à beaucoup de mieux comprendre qui sont ces entités.


______________


ERU ET LES AINUR




\"Le Silmarillion", Ainulindalë a écrit:
« Il y eut Eru, le Premier, qu'en Arda on appelle Ilúvatar ; il créa d'abord les Ainur, les Bénis, qu'il engendra de sa pensée, et ceux-là furent avec lui avant que nulle chose ne fût créée. Et il leur parla, leur proposa des thèmes musicaux, ils chantèrent devant lui et il en fut heureux. […] Et il fut un jour où Ilúvatar fit rassembler tous les Ainur pour leur soumettre un thème magnifique qui leur dévoilait des choses plus grandes et plus merveilleuses qu'il ne leur en avait encore révélé. Son début glorieux et sa splendide conclusion éblouirent tant les Ainur qu'ils se prosternèrent devant Ilúvatar sans pouvoir dire un mot. […]

Alors les voix des Ainur, tels des harpes, des luths, des flûtes et des trompettes, des violes et des orgues, tels des chœurs aux voix innombrables, commencèrent à tisser le thème d'Ilúvatar dans une harmonie grandiose. […] Jamais plus les Ainur ne composèrent une telle musique, bien qu'il soit dit qu'une musique encore plus grande, celle des chœurs des Ainur et des Enfants d'Ilúvatar, doivent s'élever devant Eru après la fin des temps. »




Les Ainur, ou « Bénis », ont donc été créés avant toute chose par Eru. À partir du thème que celui-ci leur proposa, ils participèrent avec lui au grand Chant de la Création d'Ëa, le « Monde qui Est », et que l'on nomma Ainulindalë, la « Musique des Ainur ».


\"Le Silmarillion", Ainulindalë a écrit:
« Il advint donc que parmi les Ainur certains demeurent encore avec Ilúvatar au-delà des confins du Monde, alors que d'autres, et parmi eux beaucoup des plus grands et des plus admirables, prirent ce que leur avait accordé Ilúvatar et descendirent sur le Monde. Mais à une condition – venue d'Ilúvatar ou peut-être seulement de leur amour : désormais leurs pouvoirs seraient limités au Monde et contenus par lui, et ils y resteraient éternellement, jusqu'à sa fin, de sorte qu'ils en seraient la vie, et qu'il serait leur vie même. En suite de quoi ils furent nommés les Valar, les Puissances du Monde. »


Arda, la Terre, fut ainsi créée lors de l'Ainulindalë, et certains des Ainur s'y rendirent afin de la façonner : on les nomma les Valar, « Les Puissances », et ils étaient alors au nombre de quinze.


\"Le Silmarillion", Ainulindalë a écrit:
« Ainsi les Valar peuvent marcher, s'ils le veulent, dénudés, et les Eldar eux-mêmes ne peuvent les percevoir clairement. Quand ils préfèrent se vêtir, les Valar prennent qui une forme mâle, qui une forme femelle car les différences de tempérament qu'ils avaient depuis toujours et qui s'incarnaient dans ce choix ne venaient pas de leur volonté, pas plus que chez nous mâles et femelles ne sont déterminés par leur vêture, à laquelle pourtant on les reconnaît. »


On nommait Valar (singulier Vala) ceux qui avaient pris une forme mâle, et Valier (singulier Valië) ceux qui avaient pris une forme femelle.


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Les Seigneurs des Valar sont au nombre de sept, et les Valier, les Reines des Valar, sont sept aussi. Ce sont les noms du langage des Elfes comme on le parlait à Valinor, mais ils ont d'autres noms dans le langage des Elfes des Terres du Milieu, et beaucoup d'autres encore parmi les Humains. Voici, dans le bon ordre, les noms des Seigneurs : Manwë, Ulmo, Aulë, Oromë, Mandos, Lórien et Tulkas. Les noms des Reines : Varda, Yavanna, Nienna, Estë, Vairë, Vána et Nessa. On ne compte plus Melkor parmi les Valar et son nom n'est pas prononcé sur la Terre. »

Des quinze Valar, neuf étaient considérés comme les plus grands et les plus nobles, huit après que Melkor fut retiré. On les appelait les Aratar, les Seigneurs d'Arda, et parmi eux se trouvaient Manwë, Varda, Ulmo, Yavanna, Aulë, Mandos, Nienna et Oromë.



LES VALAR




Manwë, Roi des Valar


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« [Manwë] était destiné à être, dans la plénitude des temps, le premier des Rois : seigneur du royaume d'Arda et maître de tous ses habitants. En ce monde il a plaisir aux vents et aux nuages, dans toutes les régions de l'air, des plus hautes aux plus profondes, depuis l'extrême bord du Voile d'Arda jusqu'aux aquilons qui font frémir les herbes. Súlimo est un de ses noms, Seigneur du Souffle d'Arda. L'oiseau rapide, aux ailes vigoureuses, il l'aime, et tous vont et viennent à son ordre. »


Manwë était le seigneur des Valar et premier d'entre eux. Il avait pour épouse la Valië Varda, Reine des Étoiles, et siégeait avec elle au sommet du Taniquetil, la plus haute des montagnes du monde, sur Aman, depuis laquelle il pouvait voir toute la terre.

Parmi les oiseaux, ses préférés étaient les Grands Aigles, qui devinrent ses émissaires à plusieurs reprises.



Ulmo, maître des Eaux


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Ulmo est le Seigneur des Eaux. Il est seul. Nulle part il ne reste longtemps, mais parcourt à sa guise les profondeurs marines qui entourent la Terre ou s'étendent sous elle. Sa puissance vient en premier après celle de Manwë, et il était son ami le plus proche avant l'existence de Valinor. Ensuite on le vit rarement au conseil des Valar, à moins qu'on y débatte de graves sujets. Car sa pensée enveloppe Arda tout entière, et il n'a besoin d'aucune demeure. En outre il n'aime pas parcourir les terres et rarement se vêtira-t-il d'un corps à la manière de ses pairs. Quand les Enfants d'Eru l'apercevaient ils étaient pris d'épouvante : l'apparition du Roi des Mers était terrible, haute vague qui s'avancerait sur les terres, un heaume noir couronné d'écume et une cotte de mailles où l'argent ruisselle, moiré d'ombres vertes. Les trompettes de Manwë sont puissantes mais la voix d'Ulmo est profonde comme les abîmes de l'océan qu'il est seul à contempler. »


Ulmo était sans doute le Vala le plus impliqué dans les affaires d'Arda et des Enfants d'Ilúvatar. En raison de ses nombreux cours d'eau sillonnant le Monde, il en ressentait mieux les peines et les douleurs que ses pairs ; et il a permis à Manwë d'apprendre bon nombre de choses.

Après que les Elfes se soient éveillés et aient été appelés par les Valar à les rejoindre, il permit la traversée de l'océan de ceux qui le désiraient, à l'aide d'une grande île qu'il déracina pour les transporter.

Salmar, un Maïa au service d'Ulmo, confectionna pour lui les Ulumúri, les grandes cornes d'Ulmo fabriquées à partir de conques. Quiconque entend le son de ces cornes est pris d'un irrésistible languir de la mer.



Aulë le Forgeron


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Aulë n'a guère moins de pouvoir qu'Ulmo. Sa suzeraineté s'étend sur toutes les substances dont Arda est composée. Au début il avait surtout travaillé de concert avec Manwë et Ulmo ; la configuration des terres était de son fait. Il est forgeron, et maître en tous les arts, il prend autant de plaisir aux travaux qui demandent une main habile, si petits soient-ils, qu'aux majestueux palais d'antan. Lui appartiennent les gemmes enfouies dans la Terre, l'or qui brille dans les paumes, comme les parois des montagnes et le lit des mers. Les Noldor ont beaucoup appris de lui, et il leur a gardé son amitié. »


Aulë était le plus grand de tous les artisans qui soient. Il partage avec son épouse, la valië Yavanna, l'amour des choses terrestres ; mais alors qu'elle préfère les choses qui poussent et qui marchent, lui se tourne vers le minéral et le précieux.

Il est à l'origine de certaines des plus grandes œuvres jamais confectionnées dans ce monde, parmi lesquelles on peut compter les vaisseaux d'Anar et d'Isil, qui tiraient derrière eux le Soleil et la Lune. Mais le paroxysme de son art s'atteindra avec la création du peuple des Nains. Trop impatient de voir l'éveil des Enfants d'Ilúvatar, c'est en secret qu'il façonna les Nains. Eru le découvrit mais accepta ce nouveau peuple, à la seule condition qu'il ne s'éveillât qu'après ses propres Aînés. Aulë créa même une langue pour ses enfants, le Khuzdûl, et ceux-ci le nommèrent « Mahal », le Créateur, et le vénérèrent d'entre tous les Valar.



Oromë, le Chasseur


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Oromë est un puissant seigneur. S'il est moins fort que Tulkas, sa colère est terrible, tandis que Tulkas est toujours à rire, qu'il joue ou qu'il se batte. Même devant Melkor, dans les batailles qui précédèrent la venue des Elfes, il riait de même. Oromë aimait beaucoup les Terres du Milieu et c'est à regret qu'il les quitta pour venir à Valinor. Il repassait souvent les montagnes vers l'est pour retrouver avec ses hôtes les plaines et les collines. C'est un grand chasseur de monstres et de bêtes féroces, il se plaît parmi les cheveux, les meutes et tous les arbres, ce pourquoi on l'appelle Aldaron, et les Sindar l'appellent Tauron, le Seigneur des Forêts. Nahar est le nom de son cheval, blanc sous le soleil, la nuit d'un argent étincelant. Valaróma est le nom de sa trompe, dont l'appel est comme un lever de soleil écarlate, un éclair déchirant les nuages qu'on entendant au-dessus de toutes les autres dans les forêts que Yavanna avait fait lever sur Valinor, car c'est là qu'Oromë entraînait ses amis et ses bêtes, à poursuivre les créatures malfaisantes de Melkor. »


Oromë, qui aimait à parcourir les Terres de Milieu sur son grand cheval Nahar, fut celui d'entre les Valar qui découvrit en premier les Elfes, récemment éveillés sur les rives du lac Cuiviénen. Les Elfes en eurent d'abord peur, car Melkor était arrivé avant lui et avait instauré la crainte du Cavalier dans l'esprit des Aînés d'Eru. Mais il finit par servir d'intermédiaire entre les Elfes et les autres Valar, et escorta les Premiers-Nés à travers les Terres du Milieu pour rejoindre Valinor.



Mandos, Juge des Valar


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« L'aîné [des deux frères qu'on appelle le plus souvent Mandos et Lórien], Námo, est à Mandos, à l'ouest de Valinor. C'est le gardien de la Maison des Morts, celui qui convoque les âmes de ceux qui sont tués. Il n'oublie rien, et connaît toutes les choses à venir, sauf ce qui est resté du domaine d'Ilúvatar. C'est le grand Juge des Valar, mais il ne prononce ses jugements et condamnations qu'à la demande de Manwë. »


On appelle le Vala Námo « Mandos » par extension, car les cavernes de Mandos sont sa demeure. Il est réputé inflexible, et ne fut pris de pitié qu'une seule et unique fois : lorsque Lúthien vint jusqu'à lui chanter par amour pour le mortel Beren, afin de le faire revenir des cavernes.

Il est à l'origine de la Malédiction des Noldor qui fut à l'origine du bien triste destin de beaucoup d'entre eux.



Lórien, Maître des Songes


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Le plus jeune [des deux frères qu'on appelle le plus souvent Mandos et Lórien], Irmo, est maître des visions et des rêves. Ses jardins sont à Lórien, au pays des Valar, les plus beaux qui soient au monde, peuplés de nombreux esprits. »


À l'image de son frère, Irmo est le plus souvent connu par le nom de sa demeure, Lórien. Le rôle d'Irmo reste infime dans l'histoire et on ne le mentionne que peut. On le connaît surtout par les jardins qu'il entretient avec son épouse, la Valië Estë, véritables havres de paix et de ressourcement. C'est d'ailleurs dans ces jardins que Míriel, la mère de Fëanor, vint s'y reposer et s'y éteindre après l'accouchement pénible de son seul enfant.



Tulkas, le Fort



\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Tulkas dépasse tous les Valar en force et en actions d'éclat. On le surnomme Astaldo le Vaillant, et c'est lui qui vint en dernier sur Arda pour aider ses pairs à combattre Melkor. Il aime la lutte, les jeux de force, et jamais il ne monte un cheval, lui qui va plus vite que tout ce qui court sur la terre, et ne se fatigue jamais. Il a des cheveux et une barbe dorés, le teint hâlé, toujours les armes à la main. Peu lui importent le passé ou l'avenir, et ses avis ne pèsent guère, mais son courage est grand. »


Tulkas est le dernier des Valar à avoir rejoint Arda. Il y fut envoyé par Ilúvatar pour aider ses pairs à vaincre Melkor. Il n'agissait que sur les ordres de Manwë et d'Eru.

Il est dit que Melkor avait une grande crainte de lui, et de sa colère joyeuse ; mais Tulkas avait pour seul obstacle la nuit, et quand Melkor détruisit les Deux Arbres, il fut incapable de le pourchasser.



Melkor, devenu Morgoth


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Dernier d'entre tous, voici Melkor, le Tout-Puissant. Mais il a perdu le droit à ce nom, et les Noldor, ceux d'entre les Elfes qui souffrirent le plus de sa malveillance, ne le prononcent jamais : ils l'appellent Morgoth, le Noir Ennemi du Monde. Ilúvatar le dota de grands pouvoirs et les connaissances de tous les Valar, mais il les utilisa à des fins mauvaises et tourna sa force vers la violence et la tyrannie. Car il convoitait Arda et tout ce qu'elle renferme, il voulait le royaume de Manwë et les domaines de tous les autres Valar. »


Melkor était le plus puissant des Ainur. Il montra déjà son opposition avec les autres Ainur dès l'Ainulindalë, lors de laquelle il joua son propre thème, violent, redondant, qui s'opposait à celui d'Ilúvatar.

Avide de posséder le Monde, il accepta de descendre avec les autres sur Ëa et d'y voir ses pouvoir limités. Il se proclama Roi du Monde et entreprit de défaire tout ce que les autres Valar faisaient ; le plus grave fut la destruction des deux Lampes, Illuin et Ormal, qui illuminaient Arda et lui offraient son Printemps, signant ainsi la fin de celui-ci et plongeant le Monde dans les ténèbres.

Quand les Valar se réfugièrent sur Aman, Morgoth se trouvait au cœur de sa forteresse Utumno, dans laquelle il ruminait ses sombres desseins, et la Terre du Milieu lui fut alors soumise. Il fit construire une seconde forteresse, Angband, dirigée par le Maia Sauron, lieutenant de Melkor. Quand les Elfes s'éveillèrent à Cuiviénen, Melkor fut le premier à les trouver, et on dit qu'il en captura certains et les tortura tant, corrompant tant leur corps et leur esprit, mutila tant leur existence, qu'ils furent les premiers Orques. Ce fut là l'acte qui le rendit le plus détestable aux yeux d'Ilúvatar : arracher la liberté des êtres vivants.

Oromë trouva à son tour les Elfes, et les Valar vinrent faire la guerre à Melkor. Ils le vainquirent et l'enfermèrent à Mandos.

Quand la captivité de Melkor prit fin, celui-ci ayant montré des signes de repentance, il reprit ses sombres activités, en tâchant de semer la discorde parmi les Eldar qui se trouvaient sur Aman. Il y parvint, et de ses machinations surgirent le trouble, dont Fëanor fut la principale victime et le principal protagoniste. Lors d'une fête organisée par les Valar, il alla, en compagnie de la monstrueuse araignée Ungoliant, Tisseuse de Ténèbres, jusqu'aux Deux Arbres, qu'il détruisit avec son aide. Il tua ensuite Finwë, Roi des Noldor, et déroba les précieux Silmarils de son fils Fëanor, avant de s'enfuir en Terre du Milieu par l'Helcaraxë, protégé par la nuit tissée par Ungoliant.

Depuis lors, Melkor ne fut plus jamais appelé ainsi. Maudit par Fëanor, il hérita par lui du nom de Morgoth, le Noir Ennemi.



LES VALIER




Varda, Reine des Étoiles


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Avec Manwë demeure Varda, Dame des Étoiles, qui connaît toutes les régions d'Ëa. Sa beauté est trop forte pour être chantée par les mots des Humains ou des Elfes, car l'éclat d'Ilúvatar est encore sur son visage. Elle sortit des profondeurs d'Ëa grâce à l'aide de Manwë, après avoir connu Melkor avant la Grande Musique et l'avoir rejeté. Il la haïssait et la craignait plus que toute autre créature d'Eru. […] De tous les Êtres Supérieurs qui demeurent en ce monde c'est à Varda que les Elfes donnent en premier leur amour et leur respect. Ils l'appellent Elbereth, ils invoquent son nom dans les ombres des Terres du Milieu et la célèbrent dans leurs chants au lever des étoiles. »


Varda, épouse de Manwë, était la Reine des Valier. Elle est la créatrice d'une des plus grandes œuvres d'Arda, et qui marqua à jamais tout un peuple : les Étoiles, qui contrecarrèrent les plans de ténèbres de Melkor.

C'est sur les Étoiles que les Elfes, en s'éveillant, posèrent en premier leurs yeux. Ainsi, ils vénérèrent tous Varda, et la nommèrent par la suite Elbereth.



Yavanna, Reine de la Terre


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Yavanna est l'épouse d'Aulë, Celle qui apporte les Fruits. Elle aime toutes les choses qui poussent dans la terre et embrasse dans son esprit leurs formes innombrables, depuis les arbres hauts comme des tours dans les forêts de jadis jusqu'à la mousse sur une pierre ou aux êtres secrets qui peuplent la terre. Yavanna est la deuxième des Reines des Valar, venant après Varda. Sous forme humaine c'est une grande femme vêtue de vert, mais elle prend parfois d'autres apparences. Certains l'ont vue comme un arbre dressé vers le ciel, couronné par le soleil, ses branches déversaient une rosée d'or sur la terre stérile aussitôt couverte par le blé en herbe. Les racines de l'arbre plongeaient dans les eaux de Ulmo et les vents de Manwë murmuraient dans ses branches. Chez les Eldar on l'appelle Kementári, la Reine de la Terre. »


La plus grande œuvre de Yavanna, et une des plus grandes qui soient, fut la création des Deux Arbres de Valinor, que l'on nomme Telperion et Laurelin, respectivement d'argent et d'or, qui illuminèrent le monde.

Après leur vile destruction par Melkor et Ungoliant, elle usa de tout son pouvoir pour leur redonner vie. Mais un chef-d'œuvre n'étant jamais accompli deux fois, elle ne put produire qu'un fruit de Telperion et une fleur de Laurelin, qui furent placés dans des chariots respectivement tirés dans les cieux par les Maiar Arien et Tilion, et qui donnèrent ainsi naissance à Anar et Isil, le Soleil et la Lune.

En apprenant le plein pouvoir qu'auraient les Enfants d'Eru sur la nature les environnant, elle supplia Ilúvatar de protéger les arbres qu'elle aimait tant : de là naquirent les Onodrim, que les hommes appellent les Ents.


Nienna, Dame de Douleur


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Nienna, sœur des Fëanturi [Mandos et Lórien], est au-dessus de Estë, et elle vit seule. Son domaine est la souffrance, elle pleure encore toutes les blessures que la Terre a reçues sous les coups de Melkor. Sa douleur était telle, à mesure que la Musique se déroulait, que bien avant sa fin le chant de Nienna s'était changé en lamentation et sa voix endeuillée s'entremêla aux thèmes du Monde avant même sa création. Mais pour elle-même elle ne pleure pas, et ceux qui l'écoutent apprennent la pitié et l'espoir. Ses demeures sont à l'ouest de l'Ouest, aux limites du Monde, et elle vient rarement dans la ville de Valimar, où le bonheur est roi. Elle se rend plutôt dans les domaines de Mandos, plus près des siens, et tous ceux qui attendent dans les Cavernes de Mandos l'appellent à grands cris pour qu'elle rende force à leur esprit et change le chagrin en sagesse. Les fenêtres de sa demeure tournent le dos aux murailles du Monde. »


Les conseils de Nienna étaient parmi les plus sages et les plus écoutés de tous. Le Maia Olórin, que l'on connaît sous le nom de Gandalf, a appris d'elle la patience et la compassion qui le rendirent si sage.

Ses larmes ont contribué à la naissance des Deux Arbres, et au nettoyage de leurs souillures après leur destruction.



Estë, la Guérisseuse



\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Estë la douce, qui soigne tous les maux et les fatigues, est son épouse [à Irmo]. Sa robe est grise, elle apporte le repos, elle n'apparaît pas dans la journée, mais dort sur une île au milieu du lac de Lórellin, à l'ombre des arbres. Les sources d'Irmo et d'Estë rafraîchissent tous ceux de Valinor, et souvent les Valar eux-mêmes viennent à Lórien pour y trouver le repos et se décharger des fardeaux d'Arda. »


D'Estë, épouse de Irmo (Lórien), on ne sait pas grand chose, et son rôle dans l'histoire est infime. Comme pour son époux, ce sont les beaux jardins de sa demeure qui font sa renommée, ainsi que ses grands talents de guérisseuse et sa capacité à apporter le repos.



Vairë, la Tisseuse


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Vairë la Fileuse est son épouse [à Námo], elle tisse tous les événements de tous les temps dans ses toiles historiées qui tapissent le palais de Mandos, lequel s'agrandit avec le temps qui passe. »


On dit que Míriel, mère de Fëanor, rejoint la maison de Vairë lorsqu'elle reprit le cours de sa vie, et, sous le nom de Fíriel, y passe son temps à tisser de grandes tapisseries illustrant l'histoire des Noldor et leurs hauts-faits. Du reste, le rôle de Vairë est mineur et l'on sait peu de choses à son sujet.



Vána, la Toujours Jeune


\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Vána est son épouse [à Oromë], la Toujours Jeune, la sœur cadette de Yavanna. Les fleurs se dressent sur son passage, elles s'ouvrent sous son regard, et tous les oiseaux chantent pour l'accueillir. »


Épouse d'Oromë, Vána ne fait pas partie des Aratar, et son rôle tant que son pouvoir restent mineurs. Elle semble, comme sa sœur Yavanna, avoir un pouvoir sur la nature.



Nessa, l'Agile



\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Nessa est son épouse [à Tulkas], la sœur d'Oromë, Agile, des pieds ailés, elle affectionne les cerfs et les biches qui la suivent dans les régions sauvages, et elle peut les distancer, rapide comme une flèche et les cheveux aux vent. La danse est sa passion, et à Valinor on la voit danser sur les gazons éternellement verts. »


À l'image de Vána vis-à-vis de Yavanna, Nessa ne possède qu'un pouvoir mineur lié à celui de son frère, Oromë. Elle est une merveilleuse danseuse dont l'art ravit même les Valar, et la plus rapide à la course.



AU SUJET DES MAIAR




\"Le Silmarillion", Valaquenta a écrit:
« Avec les Valar vinrent d'autres esprits dont l'existence remontait aussi avant la création du Monde, comme les Valar mais à un moindre degré. Ce sont les Maiar, les sujets des Valar, leurs aides et leurs serviteurs. Les Elfes n'en connaissaient pas le nombre, et peu possèdent un nom dans aucun des langages des Enfants d'Ilúvatar. Bien qu'il en fût autrement à Aman, sur les Terres du Milieu les Maiar sont rarement apparus sous des formes visibles aux Elfes ou aux Humains. »


On ne connaît pas beaucoup de Maiar. Mais parmi les plus célèbres figurent Melian, servante de Vána et d'Estë, qui vint en Terre du Milieu parmi les forêts ; là elle rencontra Elwë, et ils tombèrent amoureux. Elwë devint Elu Thingol, le Roi des Sindar, et ensemble ils eurent Lúthien, la plus belle des Enfants d'Ilúvatar. Melian est la seule Maia connue à avoir eu une descendance.

On peut aussi citer Arien et Tilion, qui tirent les chars du Soleil et de la Lune dans les cieux ; Salmar, qui fabriqua les Ulumúri d'Ulmo ; les cinq Istari, les sages venus en Terre du Milieu pour lutter contre Sauron ; les Balrogs, esprits de feu corrompus par Morgoth. Sauron, lieutenant de Melkor / Morgoth, était lui-même un Maia.


Dernière édition par Laegwing le Dim 23 Mar - 19:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gil-meduial.roleplaylife.net
Laegwing
Dirigeante militaire
Dirigeante militaire
avatar

Féminin
Emploi/loisirs : Chef militaire
Localisation : Falathlorn
Humeur : Dure et impassible

Messages : 301

MessageSujet: Re: [Grandes figures] Au sujet d'Ilúvatar, des Valar et des Maiar   Mar 24 Jan - 14:48

LEURS DIFFÉRENTS NOMS ET LEUR SIGNIFICATION



Nom
Langue Signification
Eru Quenya L'Unique
Ilúvatar Quenya Le Père de Tout


Nom
Langue Signification
Manwë Quenya Béni, Celui en accord avec Eru
Mānawenūz Valarin Béni, Celui en accord avec Eru (nom duquel est dérivé Manwë)
Sulímo Quenya Celui du vent
Aran Einior Sindarin Roi Ancien
Wolcenfréa Viel Anglais Souverain, Seigneur du Ciel



Nom
Langue Signification
Ulmo Quenya Celui qui verse (adaptation en Quenya et interprétation)
Ul(l)ubôz Valarin Contient l'élément U(l)lu, eau
Ealwæter-fréa Viel anglais Seigneur de toutes les Eaux
Gársecges fréa Vieil anglais Seigneur de la Mer


Nom
Langue Signification
Aulë Quenya Inconnue
Aȝūlēz Valarin Inconnue
Mahal Khuzdul Le Constructeur ?
Návatar ? ?
Cræftfréa Viel anglais Seigneur de l'Art [Artisanat] (approximativement)


Nom
Langue Signification
Oromë Quenya Sonneur de Cor
Arômêz Valarin Sonneur de Cor
Araw Sindarin Sonneur de Cor
Aldaron Quenya Le Seigneur des Forêts
Tauron Sindarin Le Seigneur des Forêts
Béma ? ?


Nom
Langue Signification
Námo Quenya Juge
Mandos Quenya Prison-Forteresse (nom de sa demeure)


Nom
Langue Signification
Irmo Quenya Désireux
Lórien Quenya ? ? (pourrait après recherche venir de "lorë : sommeil" - nom de sa demeure)


Nom
Langue Signification
Tulkas Quenya Aux Cheveux d'Or
Tulukhastāz Valarin Aux Cheveux d'Or
Astaldo ? Vaillant
Afoðfréa Vieil anglais "Seigneur de puissance"


Nom
Langue Signification
Melkor Quenya Celui qui s'éveille en puissance
Morgoth Sindarin Noir Ennemi
Belegûr Sindarin Celui qui s'élève en puissance
Belegurth Sindarin Grande Mort
Bauglir Sindarin Le Tyran



Nom
Langue Signification
Varda Quenya La Sublime
Elbereth Sindarin Dame des Étoiles
Elentári Quenya Reine des Étoiles
Fanuilos Sindarin Toujours Blanche
Gilthoniel Sindarin Allumeuse d'Étoiles
Tintallë Quenya Celle qui allume



Nom
Langue Signification
Yavanna Quenya Celle qui Donne les Fruits
Kementári Quenya Reine de la Terre


Nom
Langue Signification
Nienna Quenya ? ?


Nom
Langue Signification
Estë Quenya ? ?


Nom
Langue Signification
Vairë Quenya ? ?


Nom
Langue Signification
Vána Quenya ? ?


Nom
Langue Signification
Nessa Quenya ? ?


Dernière édition par Laegwing le Dim 29 Jan - 6:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gil-meduial.roleplaylife.net
Laegwing
Dirigeante militaire
Dirigeante militaire
avatar

Féminin
Emploi/loisirs : Chef militaire
Localisation : Falathlorn
Humeur : Dure et impassible

Messages : 301

MessageSujet: Re: [Grandes figures] Au sujet d'Ilúvatar, des Valar et des Maiar   Mar 24 Jan - 15:06


CORRÉLATIONS ENTRE LES VALAR




Vala / Valië
Époux / épouse Frère(s) Sœur(s)
Manwë Varda Melkor /
Ulmo
/ / /
Aulë Yavanna / /
Oromë Vána / Nessa
Námo
Vairë Irmo Nienna
Irmo Estë Námo Nienna
Tulkas Nessa / /
Melkor / Manwë /
Varda
Manwë / /
Yavanna Aulë / Vána
Nienna / Námo, Irmo /
Estë
Irmo / /
Vairë Námo / /
Vána Oromë / Yavanna
Nessa
Tulkas Oromë /

________

Sources utilisées pour cette synthèse :


Le Silmarillion
http://www.tolkiendil.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://gil-meduial.roleplaylife.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Grandes figures] Au sujet d'Ilúvatar, des Valar et des Maiar   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Grandes figures] Au sujet d'Ilúvatar, des Valar et des Maiar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peindre les esprits de la forêt ?!
» [Hors sujet] Humour.com
» Les Grandes Ecoles
» [Hors sujet] Les animaux en voix de disparition
» Les Grandes Familles du Lyonnais-Dauphiné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors jeu de rôle :: Aides et informations pour le RP-
Sauter vers: