Bienvenue sur le forum de la confrérie Gîl Meduial (confrérie elfique 100% RP du Seigneur des Anneaux Online, serveur Estel-RP).
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hasta Harad, Hasta Rhûn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ithranyasë
Celui qui vit avec la nuit
avatar

Masculin
Emploi/loisirs : Érudit, guerrier, explorateur
Localisation : Quelque part entre le Falathorn et le Rhovanion
Humeur : Calme, réveur

Messages : 64

MessageSujet: Hasta Harad, Hasta Rhûn   Mer 1 Aoû - 15:50

Spoiler:
 

Chapitre un: A travers le Lostladen


« L’Est est une terre sauvage, sauvage comme l’était Arda à l’aube de sa vie, tout comme l’est le Sud. Mais une terre sauvage n’est pas dénuée de beauté. De ce que j’ai vu de cette terre, je n’en ai gardé aucuns souvenirs à mon grand regret. »

Les mots d’Issanwë résonnaient dans l’esprit d’Ithranyasë à mesure qu’il se rapprochait du gué de l’Harnen, frontière naturelle entre l’Harondor et le Proche-Harad. Le voyage depuis Fondcombe fut long mais il atteignit finalement son but après de longs jours de marche.
La chaleur se faisait de plus en plus étouffante à mesure que l’elfe et sa monture s’approchait du gué. Le désert de Lostladen se trouvait de l’autre côté de l’Harnen, aride et mortelle pour tout voyageur qui se croyait assez fou pour oser le traverser.

Arrivé au gué, Ithranyasë arrêta sa monture et descendit de son dos. Il lui caressa doucement l’encolure avant de détacher les sacoches accrochées à la selle. Il accrocha les sacoches le long de sa ceinture et fit ensuite de même avec ses armes.

Tournant les yeux vers le désert, il glissa quelques mots à l’oreille de sa monture qui partit en arrière, le pas léger, retournant vers Imladris.

Regardant longuement en direction du désert, Ithranyasë repensa à ce qui l’avait conduit jusqu’ici. Les dires de sa sœur revenant une nouvelle fois à lui. Il était venu dans le Sud aride pour découvrir ce que sa sœur avait vu et ce que lui pourrait voir de cette terre que beaucoup craignait.

Il traversa le gué, le pas décidé, suivi de près par son renard. A peine avait-il posé le pied sur le sable brûlant du Désert qu’une bourrasque de sable lui cingla le visage, laissant sa capuche partir en arrière pour découvrir son visage.

Son voyage commença finalement alors qu’il entame sa marche à travers le désert. Le Soleil était brûlant, léchant le visage de l’elfe pour mieux saper ses forces. Les heures passèrent, lentes et identiques, le sable s’étendant à perte de vue.

Après de longues heures de marches harassantes, ce qui semblait être des ruines fut en vue de l’elfe et de son compagnon à quatre pattes. De largues et longues colonnes à demi-enfoncées dans le sable, certaines brisées d’autres encore intactes. Elles devaient appartenir à un plus gros ensemble mais celui-ci était à présent en ruines, perdu sous ce sable millénaire.

Ithranaysë et Dolross pénétrèrent les ruines encore recouvertes par un semblant de toit en pierres taillées, l’air était plus respirable mais toujours autant chargé de sable. Les deux amis s’assirent le long d’une colonne le temps de partager un semblant de repas et de se reposer avant de reprendre la route.
Tandis que Dolross se reposait, Ithranyasë étudia ces ruines. Passant ses mains le long de chaque mur, étudiant chaque pierre. Certaines étaient recouvertes de signes gravés à même la roche, ce n’était pas du Cirth ni aucune autre forme d’écriture connu dans l’Ouest. L’Elfe sourit, laissant échapper un petit rire, il sortit une feuille de papier et un morceau de charbon d’une de ses sacoches et se mit à frotter le charbon contre la feuille collée à la roche. Les caractères apparurent alors sur la feuille, premier souvenir de son voyage dans le Sud.
Ithranyasë retourna alors près de son compagnon et retira sa cape qu’il déchira afin de s’en faire un foulard couvrant sa bouche et son nez afin de mieux respirer lorsqu’ils retourneraient au milieu des dunes.

Ce qu’ils firent une heure plus tard. Le soleil commençait à se coucher alors les compagnons improvisèrent un campement de fortune avec juste une toile en guise de couverture, le long d’une dune.
La nuit tombée, la température changea radicalement, devenant soudainement glaciale. Mais cela était plus supportable que la chaleur de la journée.


La nuit passée, les compagnons reprirent leur route.
Les jours passèrent, identiques et mornes. Aucune ville n’était en vue et les provisions ainsi que l’eau commençaient à se raréfier. Le voyage devint plus dur, plus harassant.

Alors que toutes leurs provisions furent épuisées, les compagnons s’effondrèrent dans le sable brûlant. Mais alors que le visage d’Ithranyasë venait d’embrasser le sable chaud, une silhouette apparu devant lui, recouverte de tissus de la tête au pied, on ne pouvait deviner d’elle si c’était un homme ou une femme, un alliée ou un ennemi.
A peine venait-il de poser ses yeux sur cette silhouette qu’il se laissa emporter par ses forces, laissant le destin décider de son sort.


Un jour passa et Ithranyasë se réveilla sous un toit de toile, allongé dans un lit de fortune. Le destin avait décidé de lui laisser continuer son voyage dans le Sud, le Désert de Lostladen n’avait pas eu de raison de son corps, ni de sa volonté. Tout du moins, pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hasta Harad, Hasta Rhûn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hasta la vista baby !
» mumak du harad
» [vend-échange] SDA Moria ; Isengard ; Mordor + HARAD + ORIEN
» Codex Chuck Norris a 40k
» 6e extension deluxe "The SAnds of Harad"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Village de Cerin Aewin :: Vie quotidienne :: Récits-
Sauter vers: